Nos coups de cœur

Nos

coups

de cœur

Roman

Les gens de Bilbao naissent où ils veulent

de Maria LARREA

20 €

Editions Grasset
Parution 08/2022

Quelle histoire ! Dans un pays basque rude et misérable, les femmes se battent pour nourrir leur famille tandis que les hommes, buveurs et violents, prennent la mer. C’est dans ce monde furieux que naissent Victoria et Julian, les parents de Maria, la narratrice. Ils cherchent une vie meilleure à Paris où elle grandit, fille unique choyée. Jusqu’au coup de théâtre ! Maria apprend qu’elle a été adoptée et se lance dans une enquête fiévreuse aidée par « Google et le FBI de Bilbao ». Un premier roman flamboyant, tendre et haletant, à l’humour féroce. Un pur bonheur !

Prix du Premier roman 2022
Prix Les Inrockuptibles du Premier roman 2022

Le Monde après nous

de Rumaan Alam

21 €

Editions Le Seuil
Traduction Jean Esch
Parution 08/2022

Comment réagir après un événement qui pourrait changer nos vies à jamais ? Après un blackout à New York et la cohabitation forcée avec un couple d'inconnus, Amanda et Clay passent par la peur, le déni, la panique… Souvent cynique, parfois drôle (ah, cette dernière cigarette qu’il faut absolument fumer !), c’est un roman sur les bonheurs fragiles, les petites fins du monde, qui se transforme soudain en ode à la résilience de la nature et à l'énergie des enfants. Étonnant !

Le mage du Kremlin

de Giulano Da Empoli

20 €

Editions Gallimard
Parution 04/2022

Le héros du livre, éminence grise du dirigeant du Kremlin, rebaptisé le « Tsar » – c'est tout dire ! – semble largement inspiré d'un ex-conseiller de Poutine pendant de longues années, qui a d'ailleurs « disparu » depuis.

Baranov, personnage cultivé, intelligent, livre sa confession au narrateur : les manœuvres contre les oligarques, les alliances douteuses avec Les loups de la nuit – des bikers plus qu'inquiétants – ou d'autres franges extrémistes, la perte de la Crimée, la révolution « orange »... Le « Tsar » enrage, le chaos menace. Il n'y a plus qu'une voie possible : rétablir l'autorité, sans s'embarrasser de trop de règles démocratiques.

Un livre passionnant, brillant même et... inquiétant !

Grand prix de l'Académie française

La douceur de l’eau

de Nathan Harris

24 €

Editions Philippe Rey
Traduction Isabelle Chapman (États-Unis)
Parution 08/2022

À la fin de la guerre de Sécession, deux frères, Prentiss et Landry, qui ont été esclaves toute leur vie, se retrouvent libres. Mais que faire de cette liberté ? Où aller ? Dormant dans la forêt, tout près de leur ancienne plantation, ils rencontrent le propriétaire d'un domaine voisin, Georges, qui leur offre travail et gite pour l'aider à cultiver sa terre.

Des relations de confiance et de respect se développent entre les trois hommes, mais une partie de la société américaine d'alors n'est pas débarrassée de ses réflexes de ségrégation. Leur rencontre et leur amitié au sein de la petite société traditionaliste d'Old Ox, en Georgie, va bouleverser leurs vies.

Un premier roman époustouflant de maîtrise !

Attaquer la terre et le soleil

de Mathieu Belezi

17 €

Editions Le Tripode
Parution 09/2022

Folie, enfer... Comment définir cette époque où l'armée française débarque en Algérie, au XIXe siècle, pour amener la « civilisation » aux Arabes?

Les soldats massacrent, violent, terrorisent la population des douars. Les Arabes, terrifiés, répliquent en assassinant les colons. Ces derniers affrontent chaleur, sécheresse, choléra... Ils voient mourir leurs enfants.

À travers la voix de Célestine, qui croyait trouver une terre promise, et celle du capitaine, qui croyait apporter le progrès, toute l'horreur du malentendu explose.

Le texte est d'une beauté tragique. Magistral !

Prix littéraire le Monde 2022

En salle

de Claire BAGLIN

16 €

Editions Minuit
Parution 09/2022

Dans ce fast-food, les gestes répétitifs, l’absence de relations, les consignes mécaniques esquintent les corps et vident le travail de tout sens. Ils font écho à la peur de manquer et la honte exprimées par son père, ouvrier, quand elle était enfant. Entre sa famille attachante et son travail aliénant, Claire Baglin décrit, dans une langue précise et rythmée, la violence exercée sur les corps des gens « d’en bas » dans le monde du travail. Un premier roman poignant, au ton parfois ironique et décalé. Une réussite !