Nos coups de cœur

Nos

coups

de cœur

Des diables et des saints

de Jean-Baptiste Andrea

19 €

Editions L'Iconoclaste

Roman

Joe, adolescent jusqu'ici plutôt privilégié, pianiste doué, est envoyé à l'orphelinat “Les Confins” dans le Sud-Ouest, à la frontière de l'Espagne. Dirigé par un abbé rigoriste pour ne pas dire maltraitant et régenté par un ancien de l'Indochine, le pensionnat y accueille une quarantaine d'enfants de 5 à 17 ans.

Devenu adulte, Joe se souvient : les vexations, les punitions mais aussi les amitiés et les premiers émois dûs à Rose, aussi belle que méchante.

Après Ma reine, déjà publié à L'Iconoclaste, véritable petit bijou, Jean-Baptiste Andrea confirme ici son talent pour raconter l'enfance, saisir l'émotion. Un très beau livre !

Traverser la nuit

de Hervé Le Corre

20.90 €

Editions Rivages

Polar

Jourdan, commandant de police très impliqué et un peu usé par la violence à laquelle il est sans cesse confronté, découvre une scène de crime sur laquelle trois jeunes enfants et leur mère gisent au sol. Une horreur de plus commise par un salaud ordinaire...

Son intense fatigue devant le drame côtoie sa profonde empathie pour les victimes, dont Louise qui n'a qu'une obsession : protéger son petit garçon, Sam, du drame qu'elle vit.

Jourdan voit sa propre vie personnelle s'effondrer. Un héros du quotidien, doué de sentiments qui n'a qu'une cesse : réussir à traverser la nuit. Bien noir et magnifique !

Ces orages-là

de Sandrine Collette

20 €

Editions Lattès

Roman

Clémence fuit la violence, l'emprise d'un homme. Un homme qui l'a aimée, puis humiliée et terrorisée. Elle tente de se reconstruire, en proie à des crises de panique incontrôlables. Pas à pas, jour après jour, elle redécouvre le parfum et la beauté d'une fleur, écoute le chant des oiseaux, contemple le bassin aux poissons rouges, lutte pour se ré-approprier sa vie et mettre à distance la peur et l'angoisse.

Son voisin, un homme âgé et solitaire, va l'y aider.

L'écriture de l'auteure est belle, précise, sensible, entrouvrant comme elle l'écrit “ une brèche vers la consolation, la liberté ”. Un très beau roman.

La familia grande

de Camille Kouchner

18 €

Editions Seuil

Récit

Une mère fascinante, drôle, aimante, féministe, libre. Un beau-père brillant, attentif, solaire... Un modèle ! Des étés gais et festifs dans la maison familiale de Sanary où se rassemble toute une tribu : les amis, les cousins, la tante adorée. La “familia grande”...

Camille Kouchner brise le tabou d'un inceste familial : son frère jumeau a subi les assauts de son beau-père. Elle dit le silence coupable, l'omerta qui règne alors que beaucoup savaient, la perversité, l'horreur.

Son récit est profond. Les mots sont ciselés, les images saisissantes. Mais au-delà de toutes ses qualités littéraires, le livre donne des clés sur les mécanismes à l'œuvre, porteuses d'espoir pour libérer la parole des autres, de tant d'autres... Un livre nécessaire et courageux.

Là où nous dansions

de Judith Perrignon

19 €

Editions Rivages

Roman

Détroit, USA. Autrefois fleuron de l'industrie automobile américaine, cette ville du Michigan fut le lieu de tous les possibles, notamment pour la population noire, qui fit de son quartier un lieu de vie et d'espoir, de fête et de musique aussi, avec une multitude de bars, dancings, restos, commerces... En proviennent The Supremes groupe féminin mythique du label Motown ou Stevie Wonder. Le rêve américain réalisé.

Et puis, tout s'effondre. Désindustrialisation, spéculation, drogue, gangs, misère. Le Brewster Douglass Project, voulu par Eleanor Roosevelt, est devenu une ruine où viennent nicher les rapaces et se terrer les voyous. Qui sont les responsables ? Les coupables ?

A travers la parole des habitants abandonnés, d'Ira et Sarah, flics intègres qui combattent l'oubli et l'injustice, l'auteure écrit la chronique de la mort annoncée d'une ville, gangrenée par la recherche de profit à tout prix et le racisme. Un livre passionnant !

Là où tout se tait

de Jean Hatzfeld

19 €

Editions Gallimard

Récit

L'auteur poursuit son minutieux travail de mémoire sur les collines de Nyamata, autour du génocide tutsi au Rwanda, survenu en 1994.

Il recueille cette fois la parole des Hutus qui ont dit non : ceux qui ont caché, sauvé des voisins, des amis, de la famille Tutsi. Des justes, des abarinzi w’igihango, qui ont résisté au péril et souvent au prix de leur vie. Nombre d'entre eux ont, en effet, été abattus par les tueurs, qualifiés de traitres.

Ces quelques témoignages, rares et extraordinaires, racontent la folie de ces mois-là, la souffrance des hommes, des femmes, des enfants qui ont péri. Dans une langue emplie d'images et de métaphores, un livre pour se souvenir, encore et encore...

Librairie La tête ailleurs © – Tous droits réservés 2021 | design Arsenal Productions