Nos coups de cœur

Nos

coups

de cœur

Ne dis rien

de Patrick Radden Keefe

22 €

Editions Belfond
Traduction Claire-Marie Clévy (Etats-Unis)

Récit

Un soir de 1972, à Belfast, Jean McConville, mère de dix enfants, est enlevée à son domicile. On ne la reverra jamais. Elle fait partie des seize personnes officiellement disparues pendant la période pudiquement baptisée “Troubles”, le conflit nord-irlandais qui a fait plusieurs milliers de morts, tant du côté des catholiques nationalistes que du côté des protestants loyalistes.

L'auteur nous livre une enquête journalistique passionnante, une plongée au cœur de la lutte (violente) politique : des manifestations réprimées dans le sang (Bloody Sunday) aux attentats à la bombe, sans oublier les grèves de la faim des militants de l'IRA emprisonnés.

Malgré la loi du silence qui règne sur ces années-là (parler est puni de mort), Radden Keefe a recueilli de nombreux témoignages, nous faisant vivre le conflit au plus près des acteurs des deux bords !

L’inconnu de la poste

de Florence Aubenas

19 €

Editions L'olivier

Récit

C'est l'histoire d'un fait divers : une postière sauvagement assassinée, il y a dix ans, à Montréal-la-Cluse, petit village du Haut-Bugey. Une jeune femme appréciée de tous, fille d'un notable de la commune. Aucune trace d'ADN, aucun indice matériel laissés sur place dans le petit bureau de poste de la place de l'église. Les enquêteurs vont procéder à des centaines d'auditions et de vérifications. Le mystère reste entier.

C'est l'histoire d'un suspect, Gérald Thomassin, acteur aux 21 films qui habite ses rôles avec intensité. Une enfance fracassée, une adolescence tourmentée... Gérald s'est installé à Montréal-la-Cluse il y a un peu plus d'un an, loin des paillettes parisiennes. Il traîne avec Tintin et Rambouille, boit des bières, se fait remarquer. Il cherche la lumière. Le coupable idéal ? Il n'y a pourtant aucune preuve matérielle de sa participation au meurtre.

Florence Aubenas enquête et reconstitue l'enchainement des événements. Ce qui l'intéresse, c'est la vie des gens. Avec retenue et sensibilité, elle nous raconte une histoire qui va bouleverser l'existence de tous les protagonistes. Passionnant !

Les danseurs de l’aube

de Marie Charrel

20 €

Editions L'Observatoire

Roman

Les jumeaux Rubinstein, fruit des amours d'un russe blanc avec une juive polonaise, fuient la révolution d'octobre et découvrent la danse. Ils deviennent des danseurs de flamenco adulés à Varsovie, Berlin, et même New York, jusqu'à ce que la guerre les rattrape. Maria disparaît et Sylvin, son frère, n'aura qu'une cesse : tenter de la retrouver, en s'engageant dans la résistance.

Soixante-dix ans plus tard, Lukas et Iva se rencontrent à Hambourg et suivent les traces du duo mythique des danseurs d'avant-guerre, habités par le “duende”. Les nazis ont été remplacés par d'autres acteurs de la violence et de l'intolérance.

Le destin d'artistes, épris de liberté, passionnés par leur art, dans la tourmente du monde. Une réflexion sur l'influence de l'art, la force de la passion, la beauté des corps, les valeurs de tolérance et d'amitié... Un roman magnifique !

Canción

de Eduardo Halfon

15 €

Editions La Table Ronde
Traduction David Fauquemberg (Guatemala)

Roman

Un chef d'entreprise est enlevé à Guatemala City, en pleine guerre civile, et retenu en otage dans une résidence clandestine pendant trente-cinq jours. Exilé syrien, en provenance de Beyrouth – quand le Liban n'existait pas encore – ayant transité par la Corse et les Etats-Unis avant de s'établir au Guatemala, l'homme n'est autre que le grand-père de l'auteur.

L'un des ravisseurs, Canción, un guerillero sanguinaire et inquiétant, aussi boucher à ses heures, comptait-t'il l'échanger contre un combattant retenu par les Américains ? Financer la lutte armée avec la rançon ?

Eduardo Halfon, poursuit, à travers l'une des facettes de sa riche histoire familiale, sa réflexion sur la quête d'identité et reconstitue les faits, avec précision et talent. Il entremêle grande Histoire et souvenirs intimes au son d'une petite musique littéraire bien à lui.

Des diables et des saints

de Jean-Baptiste Andrea

19 €

Editions L'Iconoclaste

Roman

Joe, adolescent jusqu'ici plutôt privilégié, pianiste doué, est envoyé à l'orphelinat “Les Confins” dans le Sud-Ouest, à la frontière de l'Espagne. Dirigé par un abbé rigoriste pour ne pas dire maltraitant et régenté par un ancien de l'Indochine, le pensionnat y accueille une quarantaine d'enfants de 5 à 17 ans.

Devenu adulte, Joe se souvient : les vexations, les punitions mais aussi les amitiés et les premiers émois dûs à Rose, aussi belle que méchante.

Après Ma reine, déjà publié à L'Iconoclaste, véritable petit bijou, Jean-Baptiste Andrea confirme ici son talent pour raconter l'enfance, saisir l'émotion. Un très beau livre !

Traverser la nuit

de Hervé Le Corre

20.90 €

Editions Rivages

Polar

Jourdan, commandant de police très impliqué et un peu usé par la violence à laquelle il est sans cesse confronté, découvre une scène de crime sur laquelle trois jeunes enfants et leur mère gisent au sol. Une horreur de plus commise par un salaud ordinaire...

Son intense fatigue devant le drame côtoie sa profonde empathie pour les victimes, dont Louise qui n'a qu'une obsession : protéger son petit garçon, Sam, du drame qu'elle vit.

Jourdan voit sa propre vie personnelle s'effondrer. Un héros du quotidien, doué de sentiments qui n'a qu'une cesse : réussir à traverser la nuit. Bien noir et magnifique !

Librairie La tête ailleurs © – Tous droits réservés 2021 | design Arsenal Productions